Accueil / Relations médias / Valorisez vos articles de presse sans enfreindre les droits d'auteur

Valorisez vos articles de presse sans enfreindre les droits d’auteur

04/07/2019

Vous avez sans doute entendu parler de la SACEM, Société des Auteurs, Compositeurs et Éditeurs de Musique qui se charge de collecter et de répartir les droits d’auteur pour la diffusion publique et pour la reproduction sur support des auteurs - artistes - interprètes ?

Savez-vous que les articles de presse sont aussi des œuvres protégées ?

En effet, les retombées presse concernant votre entreprise sont aussi soumises au Code de la propriété intellectuelle.

Ainsi la diffusion sur internet (sur votre site web ou les réseaux sociaux ) engendre des frais :

. vous pouvez conclure un contrat avec le média pour utiliser librement l’article (sur votre site internet - en actualité ou intégré à votre espace presse) et sur les réseaux sociaux,

. autrement vous devez régler une redevance auprès du CFC, Centre Français d’exploitation du droit de Copie.

LE CFC en pratique

L’argus de la presse (organisme de veille médiatique qui pige la presse française et adresse les articles de presse à ses clients en fonction de mots clés préalablement définis) et le CFC travaillent conjointement : l’argus de la presse transmet un décompte de vos retombées presse par semestre au CFC.

> Le CFC peut alors vous contacter pour vous proposer un forfait “entreprise “ dont le tarif varie en fonction du nombre de collaborateurs de votre société et du nombre d’articles que vous souhaitez partager.

En tant que PME, il peut être intéressant d’adhérer au CFC, surtout si vous diffusez largement les articles de presse en interne par voie d’email. Vous êtes alors protégé de toute action en justice.

> Les agences et les attaché(e)s de presse sont aussi soumis à la redevance CFC

Votre agence ou votre attaché(e) de presse est dans l’obligation de payer une redevance “agence“ cette fois.

Chez B17 nous disposons d’un contrat signé avec le CFC qui nous autorise à envoyer les articles de presse reçus par l’argus de la presse à nos clients (1 ou 2 destinataires maximum). Par contre, cette redevance n’autorise pas notre client à diffuser sa revue de presse en interne, à l’ensemble des effectifs.

Certains de nos clients Relations presse disposent d’un contrat CFC “entreprise“, en plus de la redevance dont nous nous acquittons, car ils souhaitent valoriser leurs retombées presse en les adressant à l’ensemble de leurs collaborateurs.

D’autres ne souhaitent pas y adhérer et la revue de presse est imprimée sans diffusion numérique.

Pour tout renseignement sur le droit de copie et de diffusion des retombées presse issues des actions de votre agence en direction des journalistes, ou pas, une prise de contact avec le CFC en direct est conseillée. http://www.cfcopies.com/

Comment valoriser vos retombées médiatiques en externe, en 5 étapes ?

De manière générale, nous vous conseillons bien évidemment de mettre en avant votre présence médiatique - sur leur site ou réseaux sociaux - les articles positifs qui vous sont dédiés puisque cela répond aux 3 objectifs majeurs des RP : notoriété, image et crédibilité.

Pour ce faire il y a certainement des règles simples à respecter :

  1. La première est claire et nette :  vous n’avez pas le droit de diffuser l’article dans son intégralité (sauf accord contractuel rémunéré ou non avec le média).
  2. Vous pouvez utiliser le logo du média.
  3. Vous pouvez utiliser une photo de l’article à partir du moment où l’on ne peut pas lire l’article en entier.
  4. Vous pouvez utiliser les 160 premiers caractères de l’article.
  5.  Vous pouvez, et nous vous recommandons fortement de le faire, mettre le lien vers l’article si ce dernier est en ligne.
  6. N’oubliez pas de mettre à jour votre revue de presse

Exemples de revues de presse de clients :

https://www.martintechnologies.fr/fr/presse

ou encore https://www.constructeur-maison-privat.fr/revue-de-presse/

Pour les réseaux sociaux, soyez créatif ! Pourquoi ne pas vous prendre en photo avec la couverture du magazine par exemple et bien sûr n’oubliez pas le lien vers l’article en ligne ou à défaut pointez vers votre revue de presse.

Fermer